Présentation « Chère Elena Sergueievna »

Chère Elena Sergueievna (1980)

Ludmilla RAZOUMOVSKAIA

Pacha, Vitia, Lialia et Volodia, quatre lycéens se rendent après leur épreuve de baccalauréat chez leur professeur de mathématiques, Elena Sergueievna, pour lui souhaiter un bon anniversaire. La chère Eléna, peu habituée à de telles attentions, est très touchée mais le sourire se crispe quand elle réalise que ses chers élèves sont venus lui demander un « petit service »…

Cette pièce écrite écrite au début des années 80 en URSS témoigne de la déliquescence du système soviétique, mais elle nous parle surtout de cet âge si trouble qu’est celui de l’adolescence.

 

Pièce d’une durée de 1H15 pour un public à partir de 14-15 ans (classe de troisième).

Avec 4 adolescents de l’âge du rôle : Laureen AGUIRIANO (Lialia), Marin BUSSON (Vitia), Leandro FABIOUX (Pacha), Lucien PINEAU (Volodia), et Pascale THOREAU pour le rôle d’Elena.

Décors, lumières, mise en scène  : Laurent BUSSON

 

Cette pièce a été écrite en 1980 par Ludmilla RAZOUMOVSKAIA, à la suite d’une commande du pouvoir soviétique qui désirait des oeuvres exaltant la jeunesse, sous-entendu une jeunesse heureuse car portée par les valeurs du communisme.

La dramaturge refuse d’écrire un texte qui cacherait la réalité des années 80 en URSS et elle décide de montrer la société telle qu’elle était, faite de quelques personnes apparemment attachées à l’idéal révolutionnaire mais surtout d’une multitude d’autres animées par une envie de changement, une envie de consommation, une envie de liberté. Les jeunes sont les premiers à se révolter contre l’hypocrisie de ces adultes qui selon eux font semblant de croire aux bienfaits du communisme d’Etat. Ils veulent eux accéder au mode de vie de l’Occident, et la fougue de leur jeunesse les pousse à utiliser tous les moyens.

La pièce est refusée par le ministère de la culture mais tout de même jouée en Estonie en 1981, puis elle est interdite en 1983. A partir de 1987, après l’arrivée de Gorbatchev au pouvoir, les oeuvres de la dramaturge sont à nouveau autorisées et Chère Elena connait un grand succès. Des spectateurs confient à l’auteur qu’il est arrivé une mésaventure semblable à celle d’Elena à une professeur de mathématiques de Riga(Lettonie).

Au delà du contexte historique, très présent dans la pièce, Ludmilla RAZOUMOVSKAIA a surtout écrit une pièce sur l’adolescence, cet âge si paradoxal, en montrant des adolescents pouvant être très attentionnés, comme nous en croisons autour de nous , en famille, dans nos classes, mais capables tout d’un coup de devenir de véritables loups. Le conflit de génération est très présent, en URSS comme dans toutes les sociétés du monde, un adolescent se construit en s’opposant aux adultes qui l’entourent, il cherche à s’affirmer, quitte à oublier de suivre les conseils qu’il sait pourtant de bon sens… Chez certains, comme Volodia, le bouchon est vraiment poussé très loin, on touche à l’apparition du mal chez un jeune être humain et l’on se demande avec effroi quel adulte il deviendra.

 

La pièce a été jouée au Théâtre de Poche Montparnasse (saison 2014-15), mise en scène de Didier LONG, avec Myriam BOYER dans le rôle titre et François DEBLOCK dans le rôle de Volodia, pour lequel il a reçu le Molière de la révélation masculine en 2015.